Accueil
 

Rester informé-e

 
 
 

Rencontres Niemeyer 2016 - Quartiers populaires, classes populaires. Mais que fera la gauche ?

Si les quartiers populaires s’invitent parfois sur la scène publique, c’est rarement pour en vanter leurs atouts. Qu’entend-t-on derrière le vocable quartier populaire ? Et quels sont les visages de ceux qui les habitent ? Peut-on les réduire aux grands ensembles de banlieue ? Faut-il au contraire considérer les lieux de vie des classes populaires dans leur diversité : des grandes cités urbaines aux centres des petites et moyennes villes en passant par les « vieilles régions industrielles » au Nord et à l’Est ?

Incontestablement, la politique de renouvellement urbain a considérablement amélioré le bâti, l’espace public, l’accès aux transports et aux équipements dans nombre de quartiers de banlieues. Mais qu’en est-il des quartiers qui n’en n’ont pas profité et quel est leur avenir ? Au-delà, quel est le bilan sur la vie des habitants, alors même que le dernier rapport de l’ONZUS pointe l’aggravation du chômage, de la précarité et du sentiment d’exclusion ?

S’il faut poursuivre le renouvellement urbain, nous avons la conviction qu’il y a lieu d’interroger sa philosophie et son articulation avec la dimension économique, sociale et politique. Si les démolitions systématiques sont désormais remises en cause, que penser des concepts comme la mixité sociale, le parcours résidentiel, ou encore la résidentialisation ?

Que reste t-il des grandes utopies architecturales du XXe siècle ? Faut-il les réhabiliter ou les réinventer ? Exemple : pilier de l’égalité républicaine, l’école ouverte sur le quartier a laissé place à une école trop coupée de la vie des quartiers. Mais qu’en est-il du résultat tant du point de vue réussite scolaire, des mécanismes d’évitements que de celui de la cohésion sociale et de la tranquillité publique ?

Finalement, le premier ministre qualifie trois décennies de politique de « rattrapage » dans les quartiers populaires « d’apartheid social, ethnique et territorial ». Et au total, ce régime de ségrégation aboutit ici à une abstention massive, là à un vote pour le FN. Autant dire, qu’il est grand temps de dessiner un avenir moderne qui ne laisse personne sur le bord du chemin.

--

Programme : http://rencontres-niemeyer.pcf.fr/sites/default/files/exe_invit_renc_nie...

Inscription : https://extranet.pcf.fr/niemeyer2016